Notre classement 2019 des universités américaines

Voici notre classement synthétique des meilleures universités américaines. Il permet de voir en un coup d’œil le rang auquel figure chaque université en 2019 dans les 5 principaux classements (2018 pour le classement de Shanghai). Il s’établit comme la moyenne des 5 classements, sans affecter de pondération particulière – bien que Forbes fausse beaucoup les choses en faisant reculer les universités publiques qu’il classe loin derrière de petites universités privées inconnues dans les classements internationaux.

Liens vers les classements :

Dossier Common Application pour étudier aux USA

Principale plateforme pour les candidats aux études supérieures dans les universités américaines, le site de la Common Application est souvent un casse-tête pour les lycéens désireux de tenter l’aventure outre-atlantique ainsi que pour leurs enseignants qui n’ont pas l’habitude d’évaluer leurs élèves en anglais. Pour vous y aider, voici quelques conseils.

Bien remplir la Common Application

Le calendrier : pour partir étudier aux Etats-Unis après l’obtention du baccalauréat, mieux vaut commencer les démarches en milieu de classe de première. En effet, les dossiers complets doivent être déposés sur la plateforme Common Application entre mi-octobre et fin-décembre de l’année de terminale. Avant cela, il faudra avoir eu le temps de se préparer et de passer les tests du TOEFL et du SAT. Les réponses des universités américaines commencent à tomber fin janvier jusqu’au mois d’avril.

Le SAT est un test général que passent les lycéens américains. Il comporte 3 parties notées sur 800 points : compréhension écrite (critical reading), mathématiques et rédaction. Chacune est sous forme de QCM, la dernière comporte également la rédaction d’un essai. Les 10 universités les plus sélectives retiennent des étudiants dont les scores sont compris entre 700 et 800 dans chaque partie. Avec un score total de 1800 points, des universités moins prestigieuses, mais de tout premier plan, sont tout-à-fait accessibles (entre la 30e et la 40e place de notre classement).

Le TOEFL – Test of English as a Foreign Language – est obligatoire pour les élèves dont la langue maternelle n’est pas l’anglais. Il est administré sous forme de QCM et comporte 4 parties notées sur 30 points testant les aptitudes de compréhension orale et écrite ainsi que d’expression orale et écrite. Les scores attendus par les universités se situent entre 70 et 90, quelques-unes exigent 100 sur un total de 120.

La Common Application comporte un certain nombre de rubriques que le candidat devra remplir sur son identité, son cursus scolaire, les cours qu’il a suivi, etc. Tous les candidats doivent rédiger un ou deux essais sur des thèmes communs et les joindre à leur dossier sur la plateforme. Selon le choix des université dans lesquelles l’élève pose sa candidature, il faudra parfois rédiger un essai spécifique à une université ou à une discipline dans cette université. En parallèle, il faut s’assurer que le lycée d’origine est déjà créé sur la plateforme Common Application. Si ce n’est pas le cas, il faut demander au chef d’établissement de créer un compte et remplir toutes les informations concernant le lycée.

Le responsable habilité par votre lycée devra remplir 2 sections de la Common Application. Le School Report qui comprend vos moyennes, votre classement, vos bulletins de la 3e à la terminale (correspondant aux 4 années de High School aux Etats-Unis), ainsi que leur traduction en anglais. Nous sommes évidemment à votre disposition pour les réaliser. Le Counselor Recommendation est à remplir par votre professeur principal ou votre chef d’établissement qui doit rédiger un avis sur votre candidature.

Pour plus de détails en français sur la constitution du dossier de la Common Application, nous vous recommandons le document réalisé par la commission franco-américaine.

Traduction assermentée ou certifiée

Afin d’assurer aux destinataires d’une traduction que celle-ci est authentique et que les informations contenues n’ont pas été altérées, on trouve principalement 2 écoles.

Certified Translation

Habituelle aux Etat-Unis et répandue dans le monde du fait de l’influence américaine, la traduction certifiée ou « certified translation » désigne une traduction accompagnée par un document signé et daté par le traducteur où sont précisées toutes ses coordonnées pour pouvoir le contacter. Il y indique également ses domaines de compétence linguistiques et s’engage à avoir traduit le document selon les règles de l’art. Ainsi, le destinataire du document traduit peut à tout moment s’adresser au traducteur pour vérifier que la traduction est authentique.

Pour les anglophones, le site de l’ATA (Association des Traducteurs Américains) en précise la définition sur sa page dédiée à ce sujet.

Ce type de traduction est bien sûr le plus répandu dans les pays anglo-saxons et ce sont ces traductions que propose le site traduction-actes.com.

Exemples de traductions certifiées :

  • actes d’état civil (naissance, mariage, décès, livret de famille)
  • casier judiciaire (bulletin n° 3)
  • diplômes (brevet, baccalauréat, DUT, BTS, licence, master, doctorat…)
  • relevés et bulletins de notes
  • divorces contrats

Traduction assermentée

Exclusivité française, les traducteurs assermentés sont des professionnels de la traduction reconnus par un tribunal d’instance (régional) auprès duquel ils ont, en quelque sorte, prêté serment. Une fois habilités à figurer sur la liste publiée par langues, les tribunaux leur font confiance pour traduire des documents officiels que peuvent exiger certaines administrations ou la justice. Comme cette activité est destinée à des administrations françaises, ils traduisent de leur langue natale vers le français.

Les traductions assermentées sont en générales plus coûteuses, car elles nécessitent un formalisme particulier et un envoi postal.

Ce type de traduction n’est exigé qu’en France, par certaines administrations, notamment pour des besoins relatifs à l’état civil, à l’immigration ou au traitement juridique des contentieux. Peu de pays ont mis en place des systèmes équivalents, l’équivalent anglais sera désigné « sworn translation » – mais il ne recouvre pas la même notion juridique.